Lumières juridiques : Droits de l’homme, Pénalité, Herméneutique

Séminaire d’enseignement et de recherche sous la responsabilité de Luigi Delia
Le séminaire est organisé dans le cadre du Collège international de philosophie (CIPh-Paris), en collaboration avec le programme « Herméneutique des Lumières » (Synergie-FNS) de l’Université de Genève, l’Institut de Recherches Philosophiques (IRPHIL-Université de Lyon 3) et le groupe de recherche « Lumières juridiques ».

Problématique

Que la culture des Lumières joue un rôle considérable dans l’histoire conceptuelle de la norme juridique n’est plus à démontrer : les oeuvres de Montesquieu, de Burlamaqui, de Beccaria, de Rousseau, de Kant et de Bentham en témoignent à elles seules. Mais ces grandes oeuvres élaborent et véhiculent des idées différentes, parfois même opposées, de ce qu’il faut entendre par droit et justice. Or, le souci général qui anime ce séminaire d’enseignement et de recherche est de comprendre la compréhension plurielle que le siècle des Lumières a eue de ces notions. Excédant les frontières de la seule législation positive, la « justice des Lumières » (The legal culture of the Enlightenment, Illuminismo giuridico) apparaît imbriquée dans un réseau de rapports et de valeurs extra-juridiques. Cette imbrication rend dès lors nécessaire une enquête sur ces rapports que le droit et la justice entretiennent avec la politique, la morale, les moeurs, la religion, mais aussi l’économie, la médecine, la littérature et l’histoire, à une époque de grand bouillonnement intellectuel, marquée par le discours des droits naturels de l’homme, par l’affirmation du modèle du code et par le processus de constitutionnalisation du pouvoir fondateur de l’État de droit. Plaçant la focale sur la politisation des droits naturels de l’homme, sur les métamorphoses du droit pénal et sur les problématiques inhérentes à l’interprétation des lois, le séminaire invite à relancer le questionnement sur la naissance de notre modernité politique et juridique : d’où vient et comment se justifie la thèse selon laquelle sans droits de l’homme reconnus et protégés il n’y a pas d’État de droit ? Quelles sont les conditions qui justifient le pouvoir de punir ? Faut-il sacraliser la loi au détriment de la jurisprudence, ou bien faut-il reconnaître l’irréductible subjectivité du magistrat et la supériorité de la justice naturelle sur le conventionnalisme étatique ? Reconsidérant les conditions de l’universel juridique, les fondements de la sanction pénale et le sens de l’équité judiciaire au temps des Lumières, c’est notre propre compréhension du droit et de la justice qui est en jeu.

Calendrier

– Lundi 7 novembre 2016, Genève, UniBastions, à 20h : séance d’ouverture. Présentation des enjeux du séminaire, suivie d’une discussion avec Dario IPPOLITO (Rome) à propos de son livre Montesquieu et le pouvoir de punir (Donzelli, 2016).

– Lundi 12 décembre 2016, Lyon, Faculté de philosophie, Université Jean Moulin, à 17h : Orsola GOISIS (Padoue/EHESS), La politique dans l’Encyclopédie.

– Lundi 27 février 2017, Genève, UniBastions, à 20h : Marco FIORAVANTI (Rome, CIPh), La logique du juge au prisme des Lumières.

– Lundi 24 avril 2017, Lyon, Faculté de philosophie, Université Jean Moulin, à 17h : Margaux COQUET (Lyon 3), L’abolition du système pénal.