Séminaire Prison et Droits

Prison et Droits – Visages de la peine

Séminaire de Luigi DELIA

Collège International de Philosophie, en partenariat avec l’Institut de Recherches Philosophiques – Université Jean Moulin Lyon 3 et l’Institut Universitaire de France

Les séances se déroulent à l’IRPHIL, salle 303 (18 rue Chevreul, 4e étage), de 17h à 19h.

Site internet du séminaire

Pilier central du pouvoir pénal contemporain, la réclusion carcérale ne vise plus, du moins en théorie, la souffrance corporelle, mais celle de l’âme, par la privation de liberté. Cette modalité punitive est aujourd’hui sur la sellette comme le fut la peine de mort à l’âge abolitionniste des Lumières. Introduite à la fin du XVIIIe siècle pour maintenir l’ordre en privant de liberté celui qui l’a troublé, l’incarcération à vie ou de longue durée s’expose à la critique de ceux qui l’apparentent à une peine de mort dissimulée, et ce pas seulement quand la perpétuité est réelle : la prison comme peine est de plus en plus ressentie par les détenus comme un châtiment cruel. Un argumentaire paradoxal a pu ainsi surgir : il consiste à tenir la peine de mort pour préférable à celle de prison, non pas en raison de son effet dissuasif, mais parce que le dernier supplice serait plus humain que la détention carcérale. Encore que minoritaires, les raisons des partisans du retour à la peine de mort se renforcent à mesure que les échecs du régime pénitentiaire s’aggravent.

Une autre perspective, diamétralement opposée à celle sécuritaire, est envisageable. Pointant défauts et dégénérations du système carcéral, elle consiste à problématiser les principes de la rationalité pénale occidentale : l’incarcération est-elle une punition juste et utile ? La prison est-elle la meilleure place pour un criminel ? Un homme qui a commis un crime peut-il être considéré comme à jamais coupable (ergastolo) ? Quel regard porter sur la perspective d’abolition de la prison ? Peut-on dépasser le modèle de l’emprisonnement comme expression du pouvoir de punir ?

Afin d’éclairer cette part d’ombre des sociétés démocratiques, le séminaire procèdera à une déconstruction des dispositifs contemporains de pénalisation, issus de l’idée de défense sociale et des thèses « rétributionnistes ». Il s’agit de reconsidérer le rapport récompense-punition et d’imaginer des mesures alternatives à la prison, capables de réunir les victimes et les condamnés dans un processus de responsabilisation mutuelle.

affiche prison

Programme de la deuxième année, 2015-2016

Jeudi 29 octobre : Guillaume Coqui (Université de Bourgogne), La prison et l’idée d’éducation morale

Lundi 30 Novembre : Marina Leoni (Université de Genève), Architecture et droit de punir au tournant des Lumières

Jeudi 17 Décembre : Sens et non-sens de la prison. Table ronde avec Luigi Delia (Université de Genève), Jérôme Ferrand (Université Pierre Mendès France de Grenoble), Charles Girard (Université Jean Moulin Lyon 3), Kevin Ladd (Université de Bourgogne), Milena Le Saux-Mattes (OIP Lyon) et Xavier Pin (Université Jean Moulin Lyon 3).

Lundi 21 mars : Laura Bartoli (Università di Balogna, Faculté de Droit) : Entre procès et sanction pénale : la suspension avec mise à l’épreuve en Italie

Jeudi 28 avril : Christophe Béai (CIPh) : Justice restaurative et non-domination

Lundi 30 mai : Luigi Delia (Université de Genève, CIPh) : Foucault et le problème des
sanctions alternatives

Programme de la première année, 2014-2015

24 février. Kevin Ladd (Université de Bourgogne), Prison et prisonnier dans le roman.

27 mars. Philippe Audegean (Sorbonne nouvelle), Beccaria et la naissance de la prison.

28 avril. Jérôme Ferrand (Université de Grenoble), Temps mort: généalogie de la peine de prison de la naissance du purgatoire au premier XIXe siècle.

23 octobre. Norbert Campagna (Université du Luxembourg), Prison et sexualité : de quelles libertés un détenu peut-il être légitimement privé?

13 novembre. Gabrielle Radica (UPJV), Tocqueville et le modèle philadelphien d’enfermement cellulaire.

17 décembre. Martin Rueff (Université de Genève), Prison et bio-pouvoir.

23/02/2015: Dario Ippolito (Université Rome 3), Le problème prison dans le débat juridique italien.

23 mars 2015: Bruno Bernardi (ENS Lyon / UMR 5037), Une grève au bagne : sur un passage des Solitaires de J.-J. Rousseau.

27 avril 2015: Myriam Giargia (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Le droit de punir dans le républicanisme anglais : les cas de John Milton et de Algernon Sidney.